Sachez contrôler votre angoisse et vous dépasser pour enfin oser aborder la fille qui vous plaît!

C’est une inconnue, contrôlez l’approche..

Il n’y a pas une manière infaillible de draguer, comme il n’existe pas une phrase-clé qui fasse tomber toutes les filles. D’ailleurs, si un tel truc existait, il serait tellement usé qu’il ne marcherait plus.

Chaque fille est unique, chacune doit être abordée d’une manière différente. Un baratin qui marche avec l’une ne marchera pas obligatoirement avec une autre. Par contre, il existe tout un ensemble de règles non dites, de subtilités intuitives, qui font qu’une fille sera à votre écoute. Il faut un peu de psychologie, d’observation, pour les comprendre et leur dire ce qu’elles veulent entendre. Celui qui a déjà compris cette première loi s’assure un argument décisif dans sa stratégie de séduction.

La psychologie d’une femme, c’est quelque chose qui s’apprend en les fréquentant. Une simple question d’expérience en somme !

Ce site va vous faire gagner du temps, étant une compilation de multiples expériences.

Si vous n’agissez pas, vous n’arriverez à rien. Mais si vous vous inspirez de cet ouvrage et que vous y alliez, alors là vous séduirez beaucoup de filles. Il est très facile de draguer, mais peu de gens le savent. De plus, vous avez tout à y gagner et rien à perdre !

Voilà… une jeune fille que vous croisez, une inconnue, vous semble seule. Elle vous plaît et vous voudriez bien la connaître.

Le premier contact n’est en fait pas vraiment important, la première phrase se doit de rester plutôt anodine. Le truc, c’est simplement qu’elle évite aussi bien de vous percuter de plein fouet que de vous prendre pour un satyre en état de manque. Un juste milieu raisonnable. Je connais plein de cas où des garçons ont dragué des filles de rêve en les abordant avec des phrases complètement ridicules.

Par contre, cette première phrase est particulièrement intimidante. On ressent une inquiétude paralysante à l’idée que cette fille sublime va vous ignorer, ou pire se payer votre tête.

Pourtant le principal c’est d’oser. Je n’ai jamais entendu parler d’une jeune fille labourant le visage d’un garçon à coup d’ongles en dents de scie parce qu’il l’avait abordée dans la rue.

L’important ce n’est pas ce que vous allez dire, l’important c’est une attitude amicale, détendue. Le plus important c’est d’y aller.

Vous allez voir. En quelques instants vous aurez échangé quelques phrases parfaitement quelconques, et vous vous retrouverez dans la même situation que si vous aviez été présentés par un ami commun. A partir de là, il n’y a plus rien d’intimidant, bien au contraire. Pour elle aussi c’est nettement plus confortable car tous les jours elle adresse la parole à son chauffeur de bus, un vendeur de journaux, plein d’inconnus qu’elle oublie aussi vite. Elle a l’habitude de se faire aborder. Alors qu’attendez-vous ?

Gros avantage : vous choisissez celles que vous abordez, celles que vous voulez connaître. Aucune raison de se faire engluer avec des filles qui ne vous attirent en aucune façon. Et ça, vous pouvez le faire dix ou même vingt fois dans la journée. Même votre meilleur ami ne ferait pas ça pour vous !

Bon, alors, concrètement, comment faire ? Arrêter une fille dans la rue et lui dire « Bonjour, je m’appelle Christophe, et je vous trouve séduisante » ? En gros, c’est ça. Pourtant, une approche aussi directe risque d’être ressentie comme une forme de grossièreté, bien que les moeurs aient beaucoup évolués. Elle risque d’être surprise, un peu choquée, et devant cette franchise, de s’écarter de vous sans rien répondre. II est très nettement préférable de trouver un prétexte anodin pour aborder une inconnue. Et ça, ça marche très bien. Tous les exemples que vous allez lire plus loin sont bons. Ils ont tous été utilisés dans pleins de circonstances. A vous de les adapter à votre fantaisie du moment ou à l’environnement de votre rencontre.

Demandez de l’aide

Demander de l’aide est le moyen le plus innocent d’aborder quelqu’un. Quand vous avez besoin de demander votre chemin, il est facile de choisir une jeune femme plutôt qu’un vieux grincheux, même s’il est du quartier depuis cent vingt ans. Les renseignements qu’elle vous donnera seront peut-être moins bons, mais vous n’y perdrez sûrement pas au change !

Surtout, ne vous limitez pas aux moments où vous avez réellement besoin d’aide pour utiliser cette approche. Voici de très bons exemples à mettre en pratique:

– Savez-vous où est la Poste ?

La Poste est à cent mètres. Vous le savez très bien puisque vous veniez de par là. Mais comme elle se dirige justement dans cette direction, il y a de fortes chances qu’elle vous propose de vous accompagner. Si votre conversation s’engage bien sur le trajet, la poste vous paraîtra peut-être moins indispensable.

– Est-ce que je peux m’asseoir ?

Ici, pas question de tomber dans le piège de lui proposer un verre. Beaucoup trop direct. Remarquez le détournement de la question dans un lieu public un peu animé, tout le monde a envie de pouvoir s’asseoir un moment. Vous ne faites preuve que de courtoisie en sollicitant son approbation. Jamais une jeune fille bien élevée ne refusera de vous laisser prendre place en face d’elle si elle constate que la plupart des autres sièges sont occupés. Attention tout de même : dans une grande salle aux trois quart vide, ça fait déjà un peu plus appuyé. De toute façon, ça aurait été idiot de vous installer à l’autre bout et de la mater sans rien dire.

C’est nettement au cinéma que ça paraît facile de se relever et de venir s’incruster. Dans la réalité, venez tout de suite vers elle. Une fois en place, respirez et prenez votre temps. Vous disposez de plusieurs minutes au moins pour qu’elle s’habitue à votre présence avant d’avoir à lui adresser la parole.

– Aimez-vous cette montre ? (ou cette cravate, cet ensemble…)

Demandez toujours conseil dans les magasins. Il est clair que vous devez être un peu perdu au moment de choisir un cadeau de goût, et l’avis d’une femme vous est indispensable.
Surtout, ne vous limitez pas aux moments où vous avez réellement besoin d’aide pour utiliser cette approche. Voici de très bons exemples à mettre en pratique

– A combien est le dollar canadien aujourd’hui ?

Elle lit un journal. II n’y a aucune raison pour qu’elle n’interrompe pas sa lecture quelques instants et vous renseigne. A vous de l’associer à vos calculs de cours de Bourse convertis en dollars canadiens. Elle risque de trouver ça follement amusant ! D’autant plus que ça ne doit pas lui arriver tous les jours qu’on l’aborde avec ce genre de question !

– Pouvez-vous me prendre en photo ?

Très facile ! Vous visitez le coin et l’angle, la lumière vous semblent parfaits. Prenez bien le temps de lui expliquer comment vous voulez être pris, faites-la changer de place, prenez-la par l’épaule pour qu’elle ne s’approche pas trop de la chaussée. Le seul inconvénient de cette approche, c’est qu’il faudra bien un jour lui avouer que vous habitez à cinq cent mètres. Mais d’ici là…

– Est-ce que ma cravate est droite ?

N’ayez pas peur de demander son avis à une jeune femme sur votre tenue, surtout si vous allez à un rendez-vous important. Bien sûr, vous avez pris soin de décaler votre noeud d’un côté ou de l’autre. S’il n’y a pas de miroir à proximité et que vous ayez vraiment l’air un peu perdu, elle arrangera elle-même le maintien de votre col. Si si !

– Où peut-on prendre une Murphy’s Stout par ici ?

Si elle ne connaît rien aux bières épaisses et noires, expliquez-lui. Et puis tout en marchant, vous tombez, mais oui, par hasard, sur un pub qui a l’air convenable. Une excellente occasion de lui faire faire une dégustation.

– Vous pouvez me déposer à une station de taxi ?

Elle monte dans sa voiture. Tâchez de ne pas vous trouver trop près d’une station de métro. Et débrouillez-vous pour savoir dans quelle direction elle va. Ca devrait coller avec votre propre destination…

– Savez-vous où est l’horloge parlante ?

Demandez quelque chose de totalement impossible ou de carrément loufoque. Si elle s’arrête net et prend le temps de réfléchir, c’est gagné. Dans les trois secondes, elle va éclater de rire (sauf si elle est stupide ou salement en retard à son rendez-vous).

– Où est-ce que je peux trouver ce chemisier ? Je l’adore !

Habile façon de lui faire un compliment indirect. N’oubliez pas d’ajouter que vous avez au moins une soeur… Mais attention au fait que ça peut déjà être perçu
comme une approche personnelle.

– Etes-vous contente de votre stylo ? (de votre montre, briquet….)

Vous aimeriez faire un cadeau et si elle estime que c’est un bon choix, vous allez pouvoir lui demander conseil pour d’autres objets. Dites-lui que ceux qu’elle a lui correspondent très bien. Si elle demande pourquoi (question ouverte), la conversation est toute trouvée…

– Savez-vous combien de fromage blanc il me faut pour quatre personnes ?

L’important c’est qu’elle vous donne un (bon) conseil. D’une manière générale, tout ce qui touche à l’art culinaire est implicitement son domaine plus que le vôtre. Laissez-la vous guider mais ne soyez pas forcément d’accord sur tout, ni tout de suite convaincu, pour relancer la conversation (« et si je rajoutais du miel dedans pour faire un dessert ? »).
Primordial : demander un service n’est un bon plan que si elle a le sentiment que vous avez vraiment besoin de son aide. Si elle sent que vous n’utilisez qu’un faux prétexte, vous courez droit au coup d’œil dédaigneux et à l’abandon sur place…

 

Rendez lui service

Il y a toujours un moment où une fille a besoin des services d’un homme. Et je ne parle pas de la crevaison sur une route déserte. Ne ratez pas ces occasions, c’est le meilleur moyen d’entrer en contact avec elle.

– Voulez-vous vous asseoir ?

Offrez très spontanément le siège à côté de vous aussi bien dans l’autobus qu’au restaurant. Faites-le surtout quand elle risque d’aller s’asseoir ailleurs. Si elle ne prend pas le temps de refuser et d’aller justement ailleurs, elle va être juste à côté de vous pour un bon bout de temps.

– Laissez-moi porter ça !

N’oubliez jamais d’être galant et de porter la valise ou le paquet d’une jeune femme qui a des problèmes. Pas question qu’elle s’abîme un si joli dos ! Elle sera enchantée d’être aidée et il y a tout à parier qu’elle poursuivra d’elle-même la conversation pour vous remercier.

– Vous pouvez trouver le même moins cher au bas de la rue.

Surveillez les boutiques et prenez le temps de comparer les prix. Généralement, elles sont pleines de jolies filles qui ne font qu’entrer et sortir. Si vous leur faites faire des économies, elles auront tout intérêt à passer l’après-midi avec vous pour faire leurs courses.

– La sole est remarquable je vous assure.

Choisissez un plat plutôt léger (un boeuf en sauce risque de la rebuter) et assurez-lui qu’il est excellent. Si elle est plongée dans son menu, elle va sûrement vous demander conseil pour d’autres plats, ou vous demander en quoi cette sole semble si parfaite.

– Est-ce que je peux vous déposer quelque part ?

Si elle est seule à l’arrêt de bus (ou de taxi), n’hésitez pas. C’est étonnant comme certaines filles sautent sur n’importe quelle occasion pour n’avoir pas à prendre les transports en commun !

– On voit votre bretelle de soutien-gorge…

Dit très gentiment, avec sincérité. C’est un service sincère que vous lui rendez. Par ailleurs, de votre côté, l’approche est déjà faite, et vous lui avez parlé. Il n’y a plus qu’à rester à côté d’elle et embrayer.

 

Un petit bluff qui marche toujours

Un truc qui marche toujours : demandez-lui sérieusement si elle n’a pas déjà fait des photos. Elle va vous répondre très innocemment avec un large sourire de plaisir – « Quoi moi ? Non, pas du tout… les seules photos que j’ai faites c’était pour faire plaisir à un ami… ». Insistez. Vous êtes sûr de l’avoir vu dans Elle ou dans Cosmopolitan. Elle devrait en faire de nouveau (vous avez déjà oublié qu’elle vous avait dit n’avoir pas fait de photos) car vous la trouvez terriblement photogénique. Un peu de flatterie ne fait pas de mal et d’ailleurs vous n’auriez rien contre la prendre en photo !

Histoire vraie : dans une soirée mondaine où je ne connaissais pas grand monde, j’ai abordé une très belle grande plante (elle était au moins aussi grande que moi, ce qui est encore plus impressionnant pour un garçon !) en lui disant – « Bonjour, je crois qu’on ne se connaît pas encore, mais je viens de finir d’écrire mon dernier roman, et je ne sais pas pourquoi, mais vous correspondez exactement à l’un de mes personnages si je devais en faire un film ». Vous savez ce qu’elle m’a répondu ?

– Je suis mariée, deux enfants, très heureuse, mais vraiment j’adorerais ! C’est quoi votre histoire ?

On s’est alors mis à deviser joyeusement de l’adaptation de son futur rôle. Il n’y a eu que l’intervention de son mari, pas si emballé que ça, pour nous interrompre. Mais j’avais déjà son numéro de téléphone !

Retenez bien cet exemple : vous remarquerez qu’il comporte les principales qualités d’une bonne approche.

 

Soyez maladroit

Le cliché bien connu de ce type de rencontre, c’est la femme qui laisse tomber son mouchoir dans l’espoir que l’home qu’elle veut connaître va le ramasser. C’est une technique que les femmes utilisent encore beaucoup aujourd’hui pour nous draguer. Vous pouvez faire la même chose.

Par exemple, sur une piste de ski, vous pouvez accidentellement la bousculer. Sur le moment elle réagira peut-être un peu vivement, mais vous saurez faire preuve de confusion et insisterez pour vous faire excuser.

J’ai moi-même renversé (sans faire le moins du monde exprès pourtant !) un verre entier de coca sur les genoux d’une jeune fille assise à une table. Je peux vous garantir qu’elle se souvient encore de moi et de la façon dont nous nous sommes rencontrés !

Il est impératif que l’accident semble involontaire. S’il l’est vraiment, c’est encore mieux évidemment. Cette drague ne marche qu’à cette seule condition. Et vous devez être clairement désolé de votre maladresse. C’est le seul moyen d’avoir un argument crédible pour vous faire pardonner.

Si elle sent que vous avez fait exprès, elle sera carrément furieuse, et peut-être même vexée d’avoir fusillé une porcelaine achetée deux minutes auparavant, de s’être laissé bousculer parce qu’elle léchait les vitrines, etc…

Alors surtout soyez sérieux, gardez votre sang-froid et n’éclatez pas de rire, même si la situation vous semble tordante. Elle le prendrait très mal !

Dans le même ordre d’idées, vous pouvez :

– prendre son épaule pour cible avec votre ballon de plage,

– lui marcher sur les pieds dans la cohue,

– tamponner légèrement sa voiture à un feu rouge,

– l’appeler à la rescousse si vous-même tombez de tout votre long juste devant elle…

Vous êtes alors l’accidenté, mais il est un peu bête de rester en plan si vraiment elle a décidé de ne pas vous porter secours ! Peaufinez votre technique ! Par contre, si une fille vous bouscule, n’ayez pas peur d’exagérer le mai qu’elle vous a fait. Elle se sentira coupable et voudra se faire pardonner. Acceptez.